• Te rencontrer un jour sur les bancs de l'école
    Espiègle volontaire n'ayant peur de personne
    Il m'arrivait de croire elle doit être un peu folle
    Pour ainsi résister devant si fières nonnes

    Partager les plaisirs de jeunesse insouciantes
    Provoquer père et mère et provoquer les gens
    Fallait avoir de foi autant qu'être insolentes
    Pour de la vie les jours mordre à pleines dents

    Si quelquefois nos vies éloignées se passaient
    L'une pour être mère l'autre célibataire
    Malgré la différence parfois on se voyait
    Pour un soir les revivre ces moments les refaire

    Etre amies dans la vie c'est bien un privilège
    Les grandes envolées les secrets les plaisirs
    Recevoir le meilleur et refuser le piège
    D'en vouloir pour un jour n'avoir pas su lire

    Composer quand les hommes s'énervent se questionnent
    Frustrés de ne pas être avec nous invités
    Désolées mais Messieurs non pas tout on ne donne
    Il reste quelque chose rien que pour l'amitié

    Te rencontrer parfois pour un soir quelques heures
    Parler à cœur ouvert partager joies et peines
    Me procure chère Jane des instants de bonheur
    Je reconnais ici que j'ai bien de la veine

    Chistiane Kolly
    21 février 2002
    Villarsiviriaux


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires