• Chaque samedi, nous, les nouveaux citadins de newlife, allons faire de la méditation, en général à Ogni Dove. J'ai entendu dans les branches que ce n'est pas le même niveau que celle du lundi soir, c'est juste comme une introduction. Samedi dernier, il était question de la parabole des talents. Bon, je connais la version Jésus, dont la leçon est : même si tu n'as qu'un talent et que tu ne l'utilises pas, il te sera retiré !

    christiane1960.jpgMa mère me disait : « Tu as bien de la chance Christiane, tu as reçu de nombreux talents ! ». C'est vrai, alors si j'ai bien compris la leçon de Jésus, il s'agit de les utiliser. Ici à Damanhur, depuis que je suis arrivée, certains de mes talents semblent vraiment bien plus utiles que d'autres : J'ai ramassé les feuilles. Je balaye, je lave le sol, j'enlève la poussière des meubles, j'arrose les plantes vertes, avec qui j'ai une relation toute particulière, j'arrange les coussins, une nappe sur la table pour que ce soit joli, je suspens le linge, je plie le linge, je range le linge, à la cuisine, je marine, je pèle, je coupe, je découpe, je fais frire, je fais cuire, je dresse la table, et puis je range, je lave, j'essuie... je dois y passer bien quatre heures par jour !

    Mais que va-t-il advenir de mes autres talents ? Si je ne les utilise pas ? Vont-ils m'être retirés ? J'espère que j'ai un peu de temps pour trouver où les utiliser ici ou ailleurs !

    Parce que voilà, mon questionnement actuel, c'est l'argent, cette énergie extraordinaire qui est, selon moi, faite pour circuler... J'ai une réserve d'argent, une petite réserve... Et là j'ai ouvert le robinet, et ce sont plus de cinq cents euros par mois qui s'échappent. Et dans ma dame-jeanne personnelle, pour l'instant, il n'y a que la sortie qui soit utilisée, l'entrée demeure tristement seule, sans voir personne...

    Alors mon ego se met à me harceler, mais oui, vous savez, celui qui crée le chaos dans ma tête, celui qui croit tout savoir et que j'ai bien du mal à domestiquer, à faire taire, à calmer.

    Conversations

    Ego : Mais tu te rends compte, tu paie cinq cents euros par mois, et en plus tu travailles quatre heures par jour, ça fait à peu près un mi-temps. En Suisse, ça vaut au minimum mille cinq cents francs par mois. Tu te fais rouler dans la farine ma veille, comme d'habitude.

    Moi : Tais-toi, je travaille parce que je le veux bien, je ne suis pas obligée, enfin pas autant !

    Ego : Ah tu crois ça ? Alors pourquoi on te demande : « Tu peux me faire une courtoisie, tu peux balayer l'extérieur ? » ou alors « Christiane, Gazelle est malade, peux-tu la remplacer ? »

    Moi : Arrête, tais-toi, j'aime rendre service, j'aime être utile, je le fais volontiers.

    Ego : Oui, tu le fais, pendant que les autres vont travailler et se font de l'argent, je te dis que tu te fais danser sur le ventre, ma vieille !

    Moi : Tais-toi, je te dis, ils ont construit un merveilleux temple, et toutes ces maisons, et encore certainement bien d'autres choses que j'ignore.

    Ego : Oui bien sûr, mais tu as payé cent huit euros pour les voir.

    Moi : C'est vrai mais maintenant, à de nombreuses occasions, j'y suis retournée gratuitement. Je t'ordonne de te taire, je ne veux pas t'écouter !

    Ego : Et comment tu vas faire quand tu n'auras plus d'euros ? Tu crois peut-être qu'ils vont te garder pour tes beaux yeux ? Ici, c'est le travail qui est précieux, et ils se le gardent. Tu as bien vu, tu as bien tenté de participer à l'amélioration de la version française du site internet, de traduire les trois premiers livres de Falco, de participer à l'organisation d'événements, rien ne bouge, ils ne veulent pas de toi ni de ton travail, ils se le gardent le travail !

    Moi : Ils sont très occupés ! Alors j'attends qu'ils me répondent !

    Ego : C'est cela, c'est cela... Tu as bien vu, même ceux qui sont retraités, et qui doivent bien encaisser une rente mensuelle, ils continuent de travailler. Le travail, ils se le gardent, je te dis ! Le travail rémunéré, on est d'accord, parce que pour ce qui est du travail gracieusement fait, ils sont d'une générosité sans borne.

    Moi : Tu es mauvaise langue. Tu veux juste mettre le trouble dans mon esprit quand moi je veux croire à l'abondance, croire que si je donne, sans calcul, juste pour le plaisir de donner, je participe à la circulation de l'énergie, je fais ma part dans le donner/recevoir, et ici il y a de quoi faire.

    Ego : Oui, tu donnes, tu fais ta part, mais tout cela, ce ne sont que des belles paroles que tu as entendues dans les cours de développement personnel. Je reviens avec ma question : que feras-tu quand ta réserve sera épuisée ?

    Moi : Tu ferais mieux de me donner des idées pour créer le travail qui rapporte de l'argent... Je sais bien que tu veux m'aider, que tu essayes de m'éviter des problèmes, que tu veux me protéger. Pour une fois, s'il te plaît, laisse-moi avoir confiance, me dire que ça va bien aller, que je n'ai pas de soucis à me faire. Regarde les oiseaux, ils ne demandent pas ce qu'ils vont manger le lendemain, ils se nourrissent et ils continuent leur vie d'oiseaux, ils volent, ils font leur nid, ils surveillent leurs oeufs...

    Ego : Et l'hiver ils meurent de faim !

    Moi : Et alors, c'est leur vie d'oiseaux, ils n'ont pas peur de manquer, eux. Un jour, je me suis arrêtée avec ma voiture parce que j'ai vu un oiseau immobile au bord de la route. Il était là, presque sans vie, comme serein. J'ai d'abord eu l'idée de la prendre et de le ramener à la maison. Mais il avait l'air si digne, son oeil me fixait, semblant me dire de le laisser là. Alors je suis restée un moment à côté et puis j'ai continué mon chemin. Cet oiseau-là m'a donné une belle leçon d'acceptation.

    Ego : Bla bla bla, admettons ! Il doit quand même y avoir quelque chose qui t'échappe, tu n'es pas chez toi ici, tu ne connais pas le fonctionnement, la mentalité italienne !

    Moi : C'est vrai. Je vais apprendre. Laisse-moi un peu de temps, laisse-moi avoir confiance. C'est un peu de l'alchimie, il doit bien y avoir quelqu'un pour recevoir ce que j'ai à offrir, sinon pourquoi l'aurais-je appris ?

    Ego : Là, je dois dire que tu me laisses sans voix !

    Moi : Et bien soit ! Reste tranquille !

    Et je vous dis, une tâche quotidienne importante pour moi, en ces jours de grand chambardement, pour garder calme et sérénité, c'est bien de veiller à ce que mon égo ne prenne pas toute la place.


    votre commentaire
  • Je suis vraiment fier et heureux de mon importance. Né il y a plus de trente ans, mes débuts ont été plutôt difficiles. Je pesais lourd et surtout, je coûtais très cher. Bien sûr, ça a permis à de nombreux humains de combler leur grand besoin d'importance, puisque seuls eux, nantis, pouvaient me payer. Ça leur permettait de parader avec un signe extérieur de puissance et de richesse. Accessoirement, il faut dire que je fonctionnais plutôt mal, à cause d'un manque de retransmissions, accessoirement donc, ça leur permettait aussi de communiquer ...

    madametelephonePlus tard, je me suis amélioré. Ainsi, j'ai commencé à devenir plus populaire, même si j'ai perdu en préciosité, j'ai gagné en nombre d'adeptes. Mais ce n'était pas encore donné à tout le monde de m'acquérir. C'est par mon utilité que j'ai séduit. De plus, je me suis allégé en poids et en coût.

    Mais jamais au grand jamais quelqu'un n'aurait cru, il y a vingt ans seulement, que je prendrais une telle importance. Vous êtes d'accord qu'il y a de quoi être fier : Quasi chaque humain adulte a fait mon acquisition, sans parler des adolescents pour qui me recevoir est un étape importante de leur vie. J'ai réussi un tour de force, je suis devenu indispensable !

    Certains m'aiment un peu moins, ils ne m'utilisent qu'en cas de besoin absolu et m'oublient la plupart du temps. Mais la majorité des humains sont devenus accrocs ! C'est comme ça que je me retrouve dans le sac des dames aussi bien que dans la poche des messieurs. Indispensable, je vous dis, indispensable !

    Vous pouvez me voir à l'oreille des gens. Ils sont redevenus péripatéticiens, oui ils ressemblent à ceux de l'époque d'Aristote qui travaillaient en marchant ... Mais ils ont quand même un peu l'air étrange, de parler comme ça, tout seul !
    Ils ne prennent pas le temps de s'arrêter, lorsqu'ils croisent quelqu'un, pour parler cinq minutes, pour dire « comment ça va ? » ou « Que penses-tu de la dernière rencontre du groupe ? ». L'important c'est moi !

    Il m'arrive d'être moi-même étonné de tant de sollicitude ! Je me surprends à penser qu'ils exagèrent !

    Deux ou trois en pleine conversation, il suffit que je me manifeste pour que l'un d'eux s'arrête sec, parfois sans rien dire, s'éloigne presque toujours du groupe et m'approche délicatement de son oreille. Je suis devenu plus important que les hommes présents et j'en suis bien content !

    Je vous rapporte une petite histoire très amusante :

    Framboise

    Bonjour Cerise, j'ai besoin de m'entretenir avec toi, quand peut-on se parler ?

    Cerise

    Laisse-moi réfléchir ...

     

    Dring dring ... et c'est moi qui passe !

    Cerise

    Excuse-moi Framboise. Ah oui, tu veux me parler ... Je suis très occupée ...
    Bon d'accord, on peut se parler maintenant !

     

    Dring dring ... et c'est moi qui passe !

    Cerise

    Oh la la ... Tu comprends Framboise, c'était vraiment important,
    j'étais obligée de répondre !

    Framboise

    Oui Cerise, je comprends. Je voulais te parler de ...

     

    Dring dring ... et c'est moi qui passe !

    Cerise

    Oui ... désolée ... (elle semble confuse, en tout cas elle en donne
    l'impression). Tu voulais me parler de quoi !

    Framboise

    J'ai besoin de renseignements. Je dois trouver un moyen pour ...

     

    Dring dring ... et c'est moi qui passe !

    Cerise

    Bon, il faudrait que je l'arrête ?!? Je suis désolée !
    Oui, tu as besoin de renseignements à quel sujet ?

    Framboise

    Comment faire un choix ? J'ai entendu dans les branches qu'il y a plusieurs
    possibilités pour rester ici, tu peux me donner quelques détails s'il te plaît ?

    Cerise

    Alors pour cela ...

     

    Dring dring ... et c'est moi qui gagne ! Et ça dure cinq minutes !

    Cerise

    Tu disais ?

    Framboise

    ... les différentes possibilités de rester ici !

    Cerise

    Ah ! Pour cela, tu dois parler avec Prune !

     

    Dring dring ! Cerise fait un signe de la main à Framboise et s'éloigne,
    un appel important !

    Histoire vraie ! Je l'ai vécue !

    Alors moi je vous dis, quand vous avez besoin de parler à quelqu'un, pour ne pas être interrompu, je vous donne un truc du tonnerre :

    METTEZ-VOUS EN FACE ET UTILISEZ-MOI, TÉLÉPHONEZ-LUI !


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires