• enfant guerreVoici que la Syrie se bat pour sa survie.
    Refusant d'être un jour un pays asservi,
    Ce pays agité par un conflit mortel
    Refuse tout autant le joug et la tutelle.

    Il faudra bien des morts, il faudra bien des pleurs
    Pour que des mots de paix résonnent dans les cœurs
    Car en ne faisant rien pour stopper l'hécatombe
    Nous creusons les rancœurs tout autant que les tombes.

    Des dirigeants hautains nous font tout un folklore
    En parlant de sarin et puis aussi de chlore
    En se réunissant dans de très beaux hôtels.

    Mais pendant de temps là, un tout petit enfant
    Chétif et désarmé, périt en étouffant
    Sans connaître les noms de ces produits mortels.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires