• Au clair de la lune - Théa d'Albertville

    Dans la douceur d'un soir d'automne
    La lune trône énorme et pleine
    Sans calculer elle se donne 
    Aux amoureux qui se promènent
     
    Bientôt sous son regard étrange
    Ils vont s'allonger sur le sable 
    Et puis offrir un beau mélange
    De bras et de jambes, une fable
     
    Je prends la place de la femme
    Glisse dans ce corps un peu froid
    Et l'homme au-dessus, cette âme 
    Je la reconnais bien, c'est toi 
     
    Mes lèvres avides te dégustent
    Mes doigts impatients te parcourent
    Puis ralentissent sur le buste
    Et mes narines hument l'amour 
     
    Mon ventre en mouvements invite
    Il a faim de te recevoir
    Le besoin de fusion m'habite
    Tu me prends 
     
    Ô ...
    Ô mon corps ...
    Ô mon âme ...
    Je déborde de quelque chose 
    Un état second, une flamme
    Un séisme comme une overdose
     
    La communion est imminente
    Explosion au milieu des dunes
    Et là haut, comme souriante
    Elle a participé, la lune
     
    Théa d'Albertville
    12 octobre 2014
    Hammamet
    lune et dunes

  • Commentaires

    1
    Mardi 15 Août 2017 à 10:27

    I like poems, so your blog inspires me a lot. By the way, my friend want to meet with you and ask some questions. He is also writer. I will be waiting for your response.

    2
    Mercredi 16 Août 2017 à 07:37

    Hello,

    Merci de votre amabilité et de vos compliments.

    Mon site internet : www.christianekolly.ch contient toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin.

    Je vous souhaite une bonne continuation.

    Christiane Kolly

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :