• Eluade - Théa d'Albertville

    dos
    L'aurore qui remplace l'aube
    Le soleil du matin
    Le vent qui chante les choses
    J'aime pour toi

    La douceur de l'oreiller
    Près de tes yeux endormis
    Et le reste de tes nuits
    J'aime pour toi

    La caresse des vêtements
    Que tu portes sur la peau
    De ton odeur imprégnés
    J'aime pour toi

    Chacune des cicatrices
    Que la vie t'a laissées
    Les bleus et les meurtrissures
    J'aime pour toi

    Tous les gens qui te dorlotent
    Qui te soignent te chouchoutent
    En chemin de guérison
    J'aime pour toi

    Les mouvements que tu fais
    Pour retrouver la souplesse
    Les efforts la volonté
    J'aime pour toi

    L'oxygène que tu respires
    Même s'il finit en soupir
    Quand vient le renoncement
    J'aime pour toi

    Les poèmes que tu lis
    Les chansons que tu écoutes
    Les couleurs que tu admires
    J'aime pour toi

    Les moments où tu t'ennuies
    Avant même de me connaître
    Quand je te manque déjà
    J'aime pour toi

    Ton regard par la fenêtre
    Qui voyage en inconnu
    Et soudain qui s'intéresse
    J'aime pour toi

    Les aliments que tu manges
    Les salés et les sucrés
    Et même les épicés
    J'aime pour toi

    Les doutes qui te harcèlent
    Toutes les peurs imaginées
    En vue de les transformer
    J'aime pour toi

    Les désirs qui t'habitent
    Et les besoins de ton âme
    Afin qu'ils se réalisent
    J'aime pour toi

    Les caresses imaginées
    Autour d'un corps de femme
    Les tendresses les baisers
    J'aime pour toi

    L'effleurement d'une main
    Ou de lèvres gourmandise
    L'envie de jeux libertins
    J'aime pour toi

    Longtemps souffler sur la peau
    De la bouche des narines
    De chaque pore de la chair
    J'aime pour toi

    L'odeur d'un corps excité
    Une envie de s'accoupler
    D'être prise de pénétrer
    J'aime pour toi

    Et malgré tout patienter
    Longtemps les préliminaires
    Le plaisir maîtriser
    J'aime pour toi

    Réaliser que toujours
    La part d'inconnu existe
    Et que rien n'est jamais sûr
    J'aime pour toi

    Et malgré tout espérer
    Vouloir désirer penser
    Pour voir se réaliser
    J'aime pour toi

    Parce que finalement
    Dans la vie la seule chose
    Qui compte pour chaque jour
    A foison, en overdose

    C'est l'amour

    Théa d'Albertville
    20 avril 2011
    Porta della luna, Damanhur

    Thea - eluade


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :