• La cour 01 - Ballade guidée pour un homme nu - Théa d'Albertville

    yeux_bandes_zoom

    Il est nu, elle lui prend la main
    Il entend une porte s'ouvrir, elle l'invite à sortir
    Il a pour tout vêtement de la soie sur les yeux
    Il passe la porte se retrouve à l'air libre
    Etrange sensation que de ne rien contrôler
    Se laisser aller complètement au bon vouloir d'elle

    Il sent la caresse du vent sur son corps il marche lentement
    Sous ses pieds de la mousse elle le guide
    Il entend la nature, des feuilles des branches
    Lui caressent le corps au passage
    Elle passe sa main délicate sur une épaule
    L'imperceptible pression de cette main le dirige

    Des parfums de rosée du matin…
    La fraîcheur lui procure un délicieux frisson
    Et les bruits les sons les musiques
    Ici le vent là les oiseaux et plus loin…
    Quel est ce son? Il n'en sait rien
    D'habitude il n'écoute pas les sons

    De l'eau il entend le son de l'eau
    La marche s'est arrêtée il se passe quelque chose
    Il ne sait pas… angoisse… plaisir…
    Elle l'invite à s'asseoir… une douceur accueille son corps
    Toujours cette main rien que cette main
    Et son souffle oui il entend son souffle

    Une pression de la main il est allongé
    Abandon… oui il s'abandonne…
    Il écoute encore il respire… odeurs de fleurs
    Il repose contact de son dos sur la douceur
    Les bras tombants il s'abandonne davantage
    Il attend…

    Une goutte d'eau sur sa joue
    Une autre sur son sein droit puis deux puis trois
    Qui glissent sous son bras et lui procure
    Un frisson délicieux… une autre goutte et encore…
    Dans le creux de son cou…
    Une gorgée d'eau réchauffée par son corps

    Des lèvres il sent ses lèvres elle boit cette eau
    D'autres gouttes sur son nombril
    Avec lenteur et chacune lui procure des frissons
    De nouveau ses lèvres qui aspirent l'eau
    Délicatement presque imperceptiblement
    Et de nouveau il attend…

    Une étoffe divinement douce sur l'extrémité de ses pieds
    Sur sa jambe son genou sa cuisse et puis de l'autre côté
    Encore une fois et encore lentement
    Encore des frissons délicieuse sensation
    Où est la main et l'autre main
    Où sont les lèvres… il attend

    La main l'invite il repose sur son ventre
    Le vent caresse son corps frissons
    Une goutte d'eau dans le creux de ses reins
    Une autre et encore…
    Les lèvres reviennent et aspirent
    Cette eau réchauffée par son dos

    Dans le creux de son pied il sent l'étoffe
    Remontant sur le talon la jambe le creux du genou
    Le tissu glisse sur ses fesses et remonte
    Le long de son dos de ses épaules
    De l'extrémité de chaque main il sent
    Un effleurement jusque sur la nuque…

    Et puis plus rien il attend…
    Ah la main revient elle l'invite à se lever
    Il ne veut pas mais la main insiste…
    Chemin de retour la porte qui s'ouvre…
    Et puis plus rien
    Il a rêvé…

    Théa d'Albertville
    mars 2001
    Vuisternens-en-Ogoz


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Hans
    Jeudi 15 Novembre 2012 à 20:48
    Joli rêve!Comment qu'on fait pour rêver ces rêves-là? O_o  S'il y a une marche à suivre, je suis intéressé  ;o)))Cordialement
      • ChristianeKolly Profil de ChristianeKolly
        Samedi 17 Novembre 2012 à 05:21
        Bonjour, imaginez ! Tout commence toujours par un rêve !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :