• Morceau de chocolat - Nicolas Wharf

    tasse chocolat chaudJe perçais le brouillard.
    Le froid était mordant.
    Un bistro savoyard
    Me semblait accueillant.

    Je poussais donc la porte
    Et les odeurs bien chaudes,
    Les saveurs assez fortes
    M'attiraient comme Maud.

    Elle avait les yeux verts,
    Le minois avenant
    Et servait quelques verres
    A bien d'autres passants.

    Pour bien me distinguer
    De toute la smala,
    Je demandai un thé
    Avec un chocolat.

    Elle vint pour le servir,
    S'approchant de ma table
    Et j'ai bien cru mourir
    D'être si pitoyable.

    En effet, j'ai pensé
    Tout à coup malheureux,
    Aux fèves ramassées
    Par tant de miséreux,

    Par des esclaves noirs,
    Par des enfants trahis
    Qui du matin au soir
    Suaient pour ce produit.

    Je voyais le morceau
    Posé auprès du bol
    Et j'ai trouvé très sot
    D'avaler ce symbole.

    Je voulais m'échapper
    Mais elle me sourit
    Et puis je l'ai mangé
    Pour être son mari.

    Nicolas Wharf
    décembre 2013


  • Commentaires

    1
    rosidib
    Jeudi 7 Juillet 2016 à 06:48
    Lol! Joli!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :