• Victor Hugo - Le sonnet d'Arvers... à revers...

    venus-endormie-devoilee-par-un-satyre-1695-1710-sebastiano-ricci

    Son con est sans secret, sa vulve est sans mystère,
    Mais j'ai pris cette nuit, en un moment son cul.
    Elle était endormie, aussi j'ai dû me taire,
    Celle à qui je l'ai fait n'en a jamais rien su.

    Hélas ! j'aurai piné près d'elle inaperçu,
    Sans me l'asticoter et pourtant solitaire ;
    J'aurais planté mon bout dans cette jeune terre,
    Et sans rien demander elle aura tout reçu.

    En elle, à qui Dieu fit la fesse douce et tendre,
    Je suivrai mon chemin, me distrayant d'entendre
    Ce bruit que dans la glaise on fait à chaque pas.

    Au postère de voir ma semence fidèle
    Elle dira, vidant son cul tout rempli d'elle :
    "Quel est donc ce blanc d'œuf ?" et ne comprendra pas...

    Sextidi 28 germinal 220


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :