• vicesEditions Christiane Kolly

    Vous voulez faire un voyage dans la profondeur des sentiments à fleur de peau des ados qui fuient le monde qui ne les rend pas heureux et qui font toutes sortes de voyages... égoïsme, cruauté mais aussi beaucoup de souffrances!
    Mélanie Brülhart a su décrire ce paysage dans un style poignant de réalité.7

    Extrait Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

    votre commentaire
  • Salute per acqua - Théa d'Albertville


    votre commentaire
  • Je veux de vous - Théa d'Albertville


    votre commentaire
  • femme douche
    Peinture de XAVIER - " La douche " - 2008
     

    Émoustillée, ainsi j'étais restée
    De ce voyage, vers une autre planète
    Il a suffi, quelques mots envoyer
    Souvenirs forts, bien joué la comète

    Et maintenant, me voilà réveillée
    C'est bien peu dire, allumée convient mieux
    Réchauffement, hauts et parois mouillés
    Perturbations, avidité du lieu

    Pas confortable, de bander à crédit
    Il va falloir, y faire quelque chose
    Heureusement, la tête a bien compris
    Elle saura, pallier métamorphose

    Depuis longtemps, elle connait la recette
    Et je peux dire, qu'elle la connait bien
    Habile précise, c'est le titre d'experte
    Que je lui donne, tant elle me fait du bien

    Évidemment, ça manque de chaleur
    Mais la technique, est parfaitement au point
    Puisque nous sommes, entre nous par bonheur
    Je vous le livre, le secret de ses mains

    Jambes serrées, avec application
    En mouvements, doux et fermes, séisme
    Les mains commencent, importante mission
    Par amener, désir au paroxysme

    Et ce qui fait, la grande différence
    Fi à certains, qui trouveront ça louche
    C'est l'eau qui sort, libérée claire dense
    En jet puissant, du pommeau de la douche

    Théa d'Albertville
    31 mars 2009
    Fribourg

    Thea - Salute per aqua


    votre commentaire
  • jeveuxdevous

    Je veux de vous une caresse
    Sur la joue le nez ou les fesses
    Pour partager l'intimité
    Pour vivre une complicité

    Je veux de vous de la distance
    Si je pleure ou bien si je pense
    Laisser passer l'air entre nous
    Comme il passe entre les genoux

    Je veux de vous des billets doux
    Quand je me réveille après vous
    Pour sentir un peu de présence
    Et même apprécier l'absence

    Je veux de vous la vérité
    Sans éclats et pas méditée
    Comme savent dire les enfants
    Avant l'influence des grands

    Je veux de vous des jouissances
    Avec un zeste de romance
    Parce que ça fait du bien au corps
    A l'esprit à l'âme poussières d'or

    Je veux de vous un partenaire
    Comme si j'étais votre frère
    Pour alléger mon quotidien
    Vous me prêterez bien vos mains

    Et pour finir je veux de vous
    Ne pas oublier d'être fous
    Toujours regarder par la fenêtre
    Pour surprendre chaque jour nos êtres

    Théa d'Albertville
    31 mars 2009
    Fribourg

    Thea - Je veux de vous


    4 commentaires
  • jean-jacques lequeu, dessin d'un boudoir
    Jean-Jacques Lequeu, dessin d'un boudoir

    Il faut que je vous dise que je suis en émoi
    Un tremblement de terre m'a vraiment perturbée
    C'était pourtant bien loin de la première fois
    Et pourtant ça me laisse sérieusement réveillée

    Je ne suis pas la seule, un peu plus haut aussi
    Au centre de la terre là où bat le moteur
    Il se passe quelque chose et garder l'harmonie
    Demande au gestionnaire au travail de l'ardeur

    Depuis cette journée où comme une planète
    Dans notre galaxie nous nous sommes déplacés
    Et avons rencontré une espèce de comète
    Juste pour quelques heures et elle a décampé

    De ces premiers instants de légers souvenirs
    C'est surtout du sommet que ça tournait très fort
    Enregistrer les choses bien regarder bien lire
    Sur toutes les facettes au milieu dans les bords

    Plus le temps a passé et plus je le sentais
    Des indices intérieurs une métamorphose
    Une énergie intense dedans moi circulait
    Il fallait les convaincre qu'ils fassent quelque chose

    Persuader le moteur et persuader la cime
    Il a fallu aussi qu'ils se mettent d'accord
    Et vous dire ce qui les a rendu unanimes
    Ça tient de l'alchimie ne disons pas trop fort

    Et lorsque deux planètes par ici se rencontrent
    Elles se touchent elles se frottent avec application
    Vous imaginez bien que je n'avais rien contre
    C'est à moi que reviennent vendanges et moissons

    Les récoltes ont été abondantes et de classe
    De ces grandes années qui méritent millésime
    Je me suis retrouvée heureuse d'être lasse
    Dans un état second, approche du sublime

    Fallait que je vous dise que je suis en émoi
    Depuis cette journée aux couleurs nouvelles
    J'en appelle à la vie pour encore bien des fois
    Être tourneboulée et faire des étincelles

    Théa d'Albertville
    3 mars 2009
    Romont


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires